Et in arcadia ego

 Grandes gravures et transferts photographiques. 

 

Emmanuel Gatti

Graveur et photographe alternatif, Emmanuel Gatti pratique l’expérimentation en matière d’œuvre imprimée. Ces grands formats d’aquatinte tentent de faire de ce médium souvent réduit à une approche classique, un procédé résolument contemporain. Ces formats sont imposants se révélant dans l’architecture et permettant un habillage de celle-ci à la manière de tentures ou grands rouleaux japonais (Kakémono).

Ces transferts photographiques, procédé alternatif combinant l’impression numérique et la gravuredonnent un reflet critique à nos images photographiques commerciales et standardisés par l’impression numérique. Emmanuel  travaille la matière même de la photographie dans son supportpapier et ses encres etquestionne ainsi la nature  de ces images-transferts à la fois photographiques, picturales ou gravées.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Domme :

L’exposition« Et in Arcadia ego »  Grandes gravures et transferts photographiques accrochéedans les salles de l’Hôtel de ville de Domme présenteral’ensemble de la recherche d’Emmanuel Gattien matière d’œuvres imprimées.

La locution latine « Et in Arcadia ego » qui donne le titre de l’exposition peut être interprétée comme :

« Moi (la Mort), je suis aussi en Arcadie »

« Moi (qui suis mort), je vécus aussi en Arcadie. »

Elle évoque le paradis perdu, questionne la mort et le sentiment de nostalgie. Le travail d’Emmanuel Gatti « travaille » ces sentiments de perte des origines et de finitude si élémentaires. La grotte, le paysage souvent sans présence humaine évoque nos Arcadies personnelles.

Ce thème classique du Memento Moridans la peinture de la Renaissance est un leitmotiv qui peut éclairer chacune des œuvres présentées dans l’exposition.

Le parcours :

Le parcours de l’exposition des salles basses à la grande salle supérieure de l’Hôtel de ville proposera un cheminement des confins de son univers à la fois hétérogène et ambigu à l’aboutissement lumineux et baroque des grands formats présentés dans la lumière de la salle supérieure.

Les deux salles du rez-de-chaussée accueillent une scénographie de petits formats, d’objets et de mobilier issus de son imaginaire primordial. Goût de la collection, muséographie et approche anthropologique personnelle et poétique. Lagrande salle mènera à la lumière et aux blancs des papiers d’impressions de grands formats. La série des « Grottes » sorte de vision primaire de roches et de monts ouvre vers le paysage et le ciel dans la lumière de la ville de Domme.

 

Texte

 

0683092939

 

emmanuelg760@gmail.com

http://gatti.carbonmade.com

Emmanuel Gatti

« Mes derniers travaux tentent de sortir la gravure de son format et de ses critères de présentation classique. Je réalise outre les tirages classiques de grands formats en manière de rouleaux de  papiers peints prêt à être marouflés sur différents supports.

Les influences des premières tentatives photographiques sont importantes. Une manière de réfléchir à une distance intellectuelle face à l’image « objective » ou bien de conserver une image surtout rétinienne et mentale… »

« Quand on traduit une idée en image, soit l’image devient bancale, soit l’idée

Explose… Moi je suis plutôt pour l’explosion. »

Heiner Müller.

Le paysage comme « Cosa mentale »

Projection de celui qui produit l’œuvre mais aussi le regarde.

Paysage en quelque sorte sans fondement réel  ou l’absence humaine est criante est pourtant signifiante… Ce « refoulé » de la présence humaine « dans » ou « hors » du paysage génère une angoisse-présence ou angoisse-conscience.

« Dans l’œuvre d’Emmanuel Gatti, peu de traces apparentes de l’humain à l’ombre d’un regard qui l’évite et qui le rêve.

Formes inquiètes d’impressions à l’épreuve d’une fiction, ces images photographiques altérées sont matière à se souvenir des silhouettes et des contours des choses avant que les mots ne les dessinent. Ce sont des paysages prolongeant la durée d’un moment oculaire que l’évanescence gravée de ces mondes aperçus donne à voir.

Emmanuel Gatti porte une expérience générée sous influence d’une prise de vue ou de foyers géographiques intimes éloignés dans le temps : un autrefois, la jeunesse, un état d’euphorie précédé ou suivi d’une chute.

L’exotisme des origines devient en traversant des paysages masques d’un purgatoire initiatique à jamais ; ce sont les lieux flous de l’attente sans fin d’une imagination secouée par le trop de réalité qui l’entoure. »

Gaetano Ciarcia. Anthropologue.

Les transferts photogravures.

J’initiais pour l’exposition « Hors pistes » au sein de la galerie Papelart en mai 2015  une recherche sur le transfert de photo sur papier gravure avec un jeu de surimpression de pointe sèche.

J’imprime en numérique jet d’encre des photos argentiques ou numériques sur des rodoides qui me servent ensuite de matrice que je réimprime sur un papier préparé avec une presse de taille douce. Le résultat  caractérise une nouvelle image plus picturale et pourtant appauvrie.

J’interprète ensuite l’image avec une surimpression de plaque de gravure. Mes graphismes informels « signent ou griffent » le transfert de manière assez gestuelle. Le jeu des encres de couleurs renforce l’esthétique d’une image photographique assez primaire. Je renoue avec les premières tentatives photographiques ainsi qu’avec une image beaucoup plus contemporaine et parfois cinématographique (dimension sérielle des transferts qui peuvent se décliner en séquences. (Voir la série de « 12 paysages de Mort à Venise de L. Visconti…)

Actuellement je poursuis cette recherche avec le photographe Pascal Chicaud dans le cadre du Projet Roya (Voir dossierRoya.)

Biographie:

1995 :

Galerie St Charles de Rose. Paris.

Galerie Librairie Olympique. Bordeaux.

1997

Festival de Villandraut. Gironde.

2008

« BADHRA » Série de lectures-performances et gravures vidéo sur les oeuvres de l’artiste plasticien Younès Rahmoun, Galerie Talmart, Paris.

2009

Galerie Bétonsalon, Paris. Chronique littéraire et diffusion Radio Topo,

2011

Scénographie de la pièce « Souffle » de Julien Tanner. Auditorium St Germain. Juin. Photo montage et animation de gravures  projeté sur le mur de scène.

Galerie l’Aiguillage, Paris 13.

2013

Salon du livre insulaire d’Ouessant. Exposition gravures.

Galerie Hus/ Tristan Cormier/ Paris.

Scénographie vidéo gravée  de la pièce « Secret dans l’île » de Louis Ferdinand Céline. Mise en scène du collectif des Arts traversés. Tournée été 2013.

2014

Galerie Aiguillage. Paris. A Fruit et Emmanuel Gatti.

Galerie 59 Rivoli. Paris avec le collectif Tilleul Presses.

Marche de l’estampe. Place St Sulpice.

Jardin de la Mairie de Molières. Dordogne. Exposition personnelle

2015

Mai

Exposition collective Galerie Mémoire de l’Avenir Paris Mars 2015.

Exposition « Hors pistes » Noémie Sauve, Mélanie Vincent et Emmanuel Gatti. Galerie Papel Art. Rue Charlemagne Paris 4.

Juin

Exposition personnelle. Label Friche. Nogent le Rotrou.

Octobre

Exposition avec John Grieffen invités par Joris Van Grinsven designer au sein du château de Cause de Clérans. 24.

 

2016

Janvier

Exposition collective. « Animan ». Galerie l’Aiguillage. Paris 13.

Mai

Exposition librairie galerie des éditeurs associés pour la sortie de la revue « Actuel de l’estampe »

Article sur les transferts et réalisation de la couverture ainsi qu’un tirage de tête avec 25 exeplaires d’une impression.

Résidences :

2014

Atelier résidence au sein du Musée de la Grande guerre de Meaux.

Résidence de trois mois au sein du collège Sonia Delaunay Paris

Exposition au sein de l’Abbatiale de St Avit Sénieur. 24. 11 au 31 juillet 2015.

Formation :

– Formation universitaire en Histoire de l »Art et Anthropologie. Université de Bordeaux II et III. 1996.

-Création du Print Lab : Proposition pédagogique et d’accompagnement de projet artistique en gravure taille douce.