David Lachavanne – Sculpteur

« Après mes études aux Beaux Arts de Toulouse, donnant lieu à un DNSEP en 2003, je poursuis mon travail artistique en m’orientant peu à peu vers la sculpture et l’installation. Entre la notion d’artificiel et de naturel, je détourne l’objet commun de sa fonction ou de sa forme habituelle, tout en m’inspirant de son sens littéral. Si mes créations ne sont plus conformes aux codes de l’objet utilitaire dont elles s’inspirent, elles jouent malgré tout de leurs «charges symboliques». La notion d’in situ, d’installations géoplastiques sont aussi de plus en plus présentes dans mes réalisations ; Les résidences, Symposiums, et autres festivals auxquels je participe se déroule dans des environnements particuliers. Leurs particularités sont autant de caractéristiques orientant mes choix dans le concept et dans les formes de mes créations.»
« Parce qu’il pense et interroge nature et société dans leur dualité et leur unité, dans leurs mouvements vitaux, et donc paradoxaux, soumis aux changements prévus et imprévus – mélanges d’espaces et de séquences aux mesures relatives – David Lachavanne sculpte et agence des œuvres qui portent la trace de ces questionnements et deviennent à leur tour objets d’interrogation, in situ et pourtant u-topiques, hors lieu, comme l’expression d’une relation au territoire à réinventer. […] Ce qui retient dans cette plastique de l’invention, de l’insolite et de la leçon de chose revisitée, c’est la recherche d’un illogisme dénonciateur. Un art qui ne conçoit pas une nature « orthoformé » et fait de la règle une convention déformable. » Gérard Régimbeau La mesure végétale et le compas socio-naturel Revue Alliage n°68

Œuvre : La Branche du Temps – bois de chêne, bois essence inconnue, acier, peinture, lasure : Il s’agit de plusieurs branches tordues reliées entre elles par des charnières en bois. Elles serpentent au milieu de la cour. Elles sont façonnées afin de former une section carrée. Le temps est figuré par des graduations gravées dans la branche. La durée représentée correspond environs à une période de 22 000 ans divisée par centaines d’année. D’autres divisions sont aussi représentées sur « la branche » à la manière de circuits imprimés accompagnés de dates. Ces arborescences représentent des combinaisons de dates témoignant d’évènements plus ou moins célèbres en fonction de nos propres connaissances historiques. La branche forme ainsi une immense frise historique, en volume. L’installation est fixée sur des supports en acier, ainsi la branche évolue dans l’espace de manière arienne.

Site Internet : http://david-lachavanne.net